Stabilité dimensionnelle des pierres agglomérées à base de résine 2008/04.09

Stabilité dimensionnelle des pierres agglomérées à base de résineAppréciées notamment pour la très vaste gamme de coloris disponibles et pour l'homogénéité de leur aspect, les pierres agglomérées pour le revêtement des sols et des escaliers doivent répondre aux exigences de la norme NBN EN 15285 depuis mai 2008. Cette norme harmonisée, qui concerne aussi bien les carreaux à base de ciment que les carreaux à base de résine, rendra prochainement le marquage CE de ces produits obligatoire. Elle se réfère à une douzaine de méthodes d'essai spécifiques pour l'évaluation des principales caractéristiques. Cet article traite plus particulièrement de l'une d'entre elles - la stabilité dimensionnelle -, d'importance notable lorsqu'il s'agit de carreaux à base de résine.

Pierres agglomérées : composition et propriétés

Vloerbedekking die een aantal geschotelde tegels bevat.
Aspect d'un revêtement comportant des carreaux cintrés.
Les pierres agglomérées, parfois également appelées pierres reconstituées ou pierres composites, sont fabriquées à partir d'un mélange de granulats (issus principalement de pierres naturelles), de produits d'addition et de liant.

Les produits peuvent être fabriqués sous forme de blocs ou de tranches transformés par la suite en carreaux ou autre éléments plans. Ils peuvent être moulés directement sur mesure lorsqu'il s'agit d'éléments aux formes plus complexes.

Le type de pierre naturelle et de liant utilisés détermineront l'aspect et les caractéristiques physiques du matériau. Ainsi, la résistance à l'usure des carreaux de sol sera surtout fonction de la nature des granulats (marbre, granit, quartz), tandis que la stabilité dimensionnelle sera plutôt influencée par le type de liant.

Si les liants à base de résine n'engendrent pas ou peu de retrait lors du séchage, certains d'entre eux peuvent provoquer, en présence d'humidité, des déformations du carreau, qui se traduiront par un phénomène de cintrage. Si aucune précaution spécifique de pose n'a été prise, ce cintrage peut parfois mener au décollement des éléments.

Mesure de la stabilité dimensionnelle et classes de déformation

La sensibilité à la déformation en présence d'humidité doit être mesurée conformément à la norme NBN EN 14617-12. Le principe du test consiste à mesurer la déformation verticale par rapport à un plan de référence d'un coin libre du carreau, lorsque celui-ci est soumis à une humidification prolongée.

Le matériau peut être classé dans l'une des catégories suivantes, suivant l'amplitude de la déformation δ :
  • classe A : δ < 0,3 mm
  • classe B : 0,3 mm <δ< 0,6 mm
  • classe C : δ > 0,6 mm.

Conséquences pour la mise en œuvre

Cette classification a des conséquences importantes pour la mise en œuvre. L'annexe A de la norme susmentionnée recommande les précautions suivantes :
  • les pierres agglomérées appartenant à la classe A sont considérées comme stables. Le choix du produit et de la technique de pose peut être effectué en fonction des facteurs extérieurs aux caractéristiques du matériau (type et état de surface du support, dimensions des carreaux, utilisation des locaux, délai, ...)
  • les matériaux de classe B sont reconnus pour être sensibles à l'humidité. Pour ceux-ci, l'usage d'une technique et d'un produit de pose apportant beaucoup d'humidité dans les éléments (tel qu'un mortier traditionnel) pourrait provoquer des déformations nuisant à l'adhérence et à la planéité du revêtement fini. Le choix de la technique et du produit de pose doit idéalement tenir compte de cet aspect
  • la classe C se rapporte à des pierres agglomérées très sensibles à l'humidité. Pour la mise en œuvre, il faut impérativement utiliser des colles à carrelage non aqueuses, c.-à-d. des produits de type R (colles réactives selon la norme NBN EN 12004) pour éviter les déformations trop importantes. Ajoutons que le support devrait être également suffisamment sec et parfaitement plan, soit la classe sévère pour une chape (moins de 3 mm de défaut de planéité sous la latte de 2 m selon la NIT n° 189). Les colles de type R s'utilisent en effet en faible épaisseur et ne permettent donc pas de corriger des défauts de planéité importants. La planéité du support sera d'autant plus essentielle que les dimensions des carreaux seront élevées.
On constate donc que la classe de sensibilité à l'humidité est une caractéristique très importante pour ce type de matériau et qu'elle devrait figurer sur les fiches techniques concernées.

La norme NBN EN 15285 précise d'ailleurs à ce propos que lorsque qu'il est prévu que le produit soit sensible à la colle utilisée pour la mise en œuvre, la stabilité dimensionnelle des carreaux doit être déclarée.


Article complet


T. Vangheel, ir., chercheur, laboratoire 'Matériaux de gros œuvre et de parachèvement', CSTC
F. de Barquin, ir., chef du département 'Matériaux, technologie et enveloppe', CSTC