Les toitures-parkings : NIT en préparation 2008/04.03

Les toitures-parkings : NIT en préparationLe coût croissant des terrains encourage les constructeurs à faire preuve de créativité afin de rentabiliser au maximum les surfaces disponibles. L'espace supplémentaire offert par les toitures plates est ainsi utilisé pour l'aménagement d'espaces verts, la pose de capteurs solaires ou encore l'installation de toitures-parkings. Ces dernières sont devenues indispensables, étant donné le nombre croissant d'automobiles et de grandes surfaces commerciales.
La littérature relative aux toitures-parkings est plutôt rare. Il n'existe aucune directive officielle récente concernant ces ouvrages complexes, faisant appel à deux domaines très différents du génie civil : le bâtiment et la route. Un groupe de travail mis en place au sein du Comité technique 'Étanchéité' du CSTC a donc reçu pour mission de rédiger une Note d'information technique sur les toitures-parkings, en collaboration avec le CRR (Centre de recherches routières).

Toitures plates particulières

En plus des exigences relatives aux toitures plates, la structure portante d'une toiture-parking doit pouvoir supporter le poids du revêtement et les charges engendrées par la circulation des véhicules, ce qui nécessite une étude de stabilité adéquate. De même, les matériaux constitutifs doivent résister aux contraintes engendrées : isolation pratiquement incompressible, étanchéité performante (difficilement accessible), couche de roulement résistant aux diverses sollicitations.

Un sujet complexe

Les aspects à aborder dans le cadre de cette future NIT sont variés. Un inventaire des actions s'exerçant sur une toiture-parking doit être établi : poids propre, charges liées au trafic, à l'exécution (compacteurs, …), au climat et aux attaques chimiques (huiles, sels de déneigement). Les contraintes et les déformations engendrées doivent être déterminées, et les matériaux évalués.

Les différentes compositions de toitures seront décrites et commentées, et les systèmes à déconseiller mentionnés avec les raisons de leur déclassement. Chaque élément constitutif de la toiture sera ensuite décrit, du support à la couche de roulement, en passant par la forme de pente, le pare-vapeur, l'isolant, l'étanchéité et les éventuelles couches de protection et de liaison. On en détaillera la fonction, les types, les caractéristiques, la mise en œuvre, ... Des chapitres distincts sont dédiés aux rampes d'accès, évacuations d'eau, accessoires de signalisation et de sécurité, à l'entretien, aux pathologies et à la rénovation.

Types de toitures-parkings

Il existe diverses manières de concevoir une toiture-parking suivant la nature et l'ordre de superposition des éléments constitutifs :
  • toiture non isolée : l'étanchéité est posée sur le support ou la forme de pente, puis recouverte d'un revêtement. Il n'est pas toujours nécessaire d'isoler thermiquement la toiture, par exemple si elle se situe au-dessus d'un espace extérieur ou intérieur non chauffé. Il importe donc de considérer, dès la conception, les dilatations thermiques de la structure non protégée par un isolant (fissurations, déplacements aux appuis, …)
  • toiture chaude (cf. figure 1) : un pare-vapeur est posé sur le support ou la forme de pente, et recouvert d'un isolant sur lequel viennent s'appliquer l'étanchéité et le revêtement. La structure portante est ici protégée des sollicitations thermiques. L'espace sous-jacent voit son inertie thermique accrue par l'isolation, améliorant le confort thermique des locaux
  • toiture inversée (cf. figure 2) : l'étanchéité est, dans ce cas, posée sur le support ou la forme de pente, puis recouverte d'une couche d'isolation, laquelle reçoit un revêtement. L'isolant est, de ce fait, exposé à l'eau de pluie, mais doit conserver ses propriétés isolantes. Le seul matériau entrant actuellement en ligne de compte est le polystyrène extrudé (XPS)
  • toiture duo : les avantages des toitures chaude et inversée sont ici combinés en plaçant une partie de l'isolation sous l'étanchéité et une partie au-dessus
  • systèmes à déconseiller (cf. figures 3 et 4) : lorsque l'isolation est placée sous le support, ce dernier subit de fortes sollicitations thermiques pouvant engendrer une dilatation considérable du plancher porteur et la fissuration des murs au droit des appuis. Des ponts thermiques sont également à craindre. Si l'isolation se trouve entre le support et la forme de pente, celle-ci risque également de se fissurer. De plus, l'humidité de construction apportée par la forme de pente est emprisonnée et, donc, susceptible d'être transmise à l'isolation.
Types de toitures-parkings


Article complet


E. Noirfalisse, ir., chercheur, laboratoire 'Technologie du béton', CSTC