Une bonne ventilation demande une bonne collaboration 2008/02.04

La plupart des bâtiments neufs construits en Belgique doivent obligatoirement comporter des dispositifs de ventilation. Il existe à cet effet diverses solutions, qu'il s'agisse de systèmes de ventilation naturelle ou mécanique avec ou sans récupération de chaleur. Bien que ces installations ne présentent pas de difficultés particulières, leur mise en œuvre pratique est souvent compliquée par le fait qu'elles nécessitent une approche multidisciplinaire.

1. Les intervenants

Divers entrepreneurs sont généralement impliqués dans l'installation d'un système de ventilation. Ainsi, si les conduits d'évacuation naturelle sont placés, en règle générale, par l'entrepreneur de gros œuvre, le couvreur ou l'entrepreneur d'étanchéité doit, quant à lui, veiller à l'étanchéité à l'eau des traversées de toiture, le menuisier d'extérieur est chargé des ouvertures d'alimentation réglables pour les systèmes A et C et le menuisier d'intérieur l'est pour les ouvertures de transfert. S'il s'agit d'un système mécanique constitué de conduits, de bouches et d'un ventilateur, il faut alors faire appel à un installateur spécialisé en systèmes de ventilation. Enfin, en présence d'un système à commande électrique, les services d'un installateur électrotechnicien seront d'ordinaire nécessaires.

Cette diversité de spécialistes implique la nécessité, pour l'architecte, de consacrer une large part de son temps à la coordination des travaux. En effet, le maître d'ouvrage doit pouvoir disposer au final de dispositifs de ventilation garantissant un climat intérieur sain et confortable pour une consommation d'énergie minimale.

La figure 1 indique les différentes étapes que peut comporter la mise en place d'une installation de ventilation. S'il n'est pas toujours possible de désigner un responsable pour chacune d'elles, il est évident qu'une collaboration étroite doit s'établir entre l'auteur de projet et les différents exécutants. Ainsi, l'architecte doit tenir compte des difficultés d'exécution pratiques et l'installateur se conformer strictement à ses instructions. Si ce dernier souhaite s'écarter du projet initial, il lui appartient d'en discuter avec l'auteur de projet.

Afin d'éviter des discussions quant aux responsabilités des divers intervenants, il importe que les tâches de chacun soient clairement délimitées. La bonne réception des différentes tâches est dès lors cruciale.

Si la mise en place de l'installation est effectuée sans l'intervention d'un architecte (en cas de travaux de transformation peu importants, p. ex.), l'entrepreneur devra se charger lui-même d'un certain nombre de tâches complémentaires.

2. Collaboration et coordination : un must

Abordons à présent certains aspects des opérations qui exigent une collaboration et une coordination efficaces.

2.1. Réalisation de l'étanchéité à l'air

Détermination du débit à l'aide d'un débitmètre.

L'étanchéité à l'air de l'enveloppe du bâtiment est une condition essentielle si l'on souhaite obtenir un système de ventilation efficace. Les entrées d'air incontrôlées au travers de l'enveloppe peuvent en effet occasionner des nuisances acoustiques, des courants d'air, des pertes de chaleur et des dégâts à l'isolation. De plus, elles peuvent compromettre le bon fonctionnement de la ventilation contrôlée.

Afin de garantir l'étanchéité à l'air de l'enveloppe, l'architecte doit prévoir, dans son projet, certaines dispositions qui seront réalisées ensuite par les différents entrepreneurs. Ainsi, l'étanchéité à l'air des murs de maçonnerie dépend fortement des enduits qui les recouvrent, celle des toitures à versants est liée à l'écran à l'air ou à l'écran pare-vapeur appliqué sur la face intérieure de la couche d'isolation, …
Lors de ces travaux, il y a lieu de :
  • vérifier si les éléments de construction sont correctement raccordés entre eux, surtout lorsqu'ils ont été réalisés par différents entrepreneurs (murs et planchers, toiture et façades, menuiseries et façades, …)
  • veiller à la bonne information de toutes les personnes impliquées, y compris celles qui n'ont pas la charge des travaux d'étanchéité à l'air, mais sont susceptibles d'endommager involontairement l'enveloppe du bâtiment (électriciens, installateurs sanitaires, p. ex.)
  • garantir l'étanchéité des percements réalisés pour le passage des gaines techniques (en les parachevant correctement ou en prévoyant leur emplacement, p. ex.).

2.2. Elaboration du projet de base

Dans le projet de base, l'architecte prescrit les débits requis, choisit le système de ventilation et définit la stratégie de régulation globale. Ces choix peuvent avoir de nombreuses conséquences. Ainsi, le fait de prévoir une gaine de ventilation verticale peut influencer l'emplacement des locaux (humides). Dans le cas d'un système de ventilation mécanique, l'auteur de projet doit par ailleurs tenir compte de la place que prennent les conduits et le groupe de ventilation. Il ne s'agit pas de veiller simplement au diamètre des conduits et à la présence de coudes, mais également à l'espace nécessaire au placement et aux entretiens ultérieurs.

2.3. Elaboration du projet détaillé

Le projet détaillé est principalement élaboré par (ou en collaboration avec) l'entrepreneur et comporte les aspects suivants :
  • le choix des bouches et des ouvertures d'alimentation, d'évacuation et de transfert
  • le dessin du tracé des conduits
  • le calcul des pertes de charge des conduits
  • le choix des ventilateurs et des filtres
  • la stratégie de récupération de chaleur ou de régulation
  • la description des travaux d'entretien, …
Dans ce cas également, il n'est pas inutile de s'entretenir avec l'auteur de projet. Ce dernier peut en effet proposer certaines modifications ou améliorations et fournir de précieux conseils quant aux produits à utiliser.

2.4. Montage de l'installation

Etant donné que le montage - même exécuté par un seul entrepreneur - se déroule en phases successives, il est nécessaire de veiller à une bonne coordination des divers installateurs.

Ainsi, les conditions de mise en œuvre doivent-elles permettre la pose correcte des conduits dans les espaces requis pour ce faire. Afin d'assurer l'étanchéité à l'air de l'enveloppe du bâtiment, il convient par ailleurs de veiller à la continuité des enduits intérieurs, y compris derrière les conduits. Une bonne planification de ces travaux est donc essentielle.

La prévention des salissures constitue un autre point important : lorsque de gros travaux doivent encore avoir lieu dans le bâtiment (travaux de démolition ou de polissage, p. ex.), il est conseillé de d'obturer provisoirement les conduits et autres composants du système.

2.5. Réception de l'installation

La réception peut être considérée comme l'aboutissement des travaux d'installation. C'est à ce moment que l'installateur règle les débits de la ventilation mécanique, que l'on examine si les composants et le mode de mise en œuvre correspondent aux exigences du cahier des charges et que l'on contrôle le fonctionnement général du système. Ensuite, l'installateur donne aux utilisateurs les informations nécessaires quant au fonctionnement de l'installation et se charge de sa régulation. Enfin, il fournit au responsable PEB toutes les données dont celui-ci a besoin pour compléter la déclaration PEB (débits mesurés, documentation technique, …).

2.6. Entretien de l'installation

Afin de pouvoir bénéficier sur le long terme d'une bonne qualité de l'air, il est important que l'occupant fasse régulièrement entretenir son installation. Bien que l'architecte et l'installateur n'aient que peu d'influence sur l'entretien proprement dit, ils peuvent néanmoins mettre en place des conditions qui y soient favorables :
  • en faisant prendre conscience aux utilisateurs de la nécessité d'un contrôle régulier
  • en tenant compte des possibilités d'entretien dès le stade du projet (emplacement judicieux des différents éléments de l'installation, mise en place de filtres avec indicateurs de colmatage, choix de conduits faciles à entretenir, …)
  • en élaborant des consignes d'entretien précises, qui distinguent les opérations réalisables par l'utilisateur de celles qui exigent de faire appel à un professionnel.

3. Conclusion

Pour réaliser une installation de ventilation efficace, confortable et économe en énergie, il convient de procéder par étapes successives.

Si l'on définit une stratégie de ventilation claire dès le stade de la conception du bâtiment et que l'on veille à une bonne communication entre les divers intervenants (maître d'ouvrage, architecte, responsable PEB éventuel, entrepreneur, installateur, …), il est généralement possible d'atteindre cet objectif sans trop de problèmes.

Informations utiles
L'obligation d'appliquer la norme NBN D 50-001 'Dispositifs de ventilation dans les bâtiments d'habitation' (www.nbn.be) aux nouveaux logements existe depuis plus de 10 ans déjà en Région wallonne.

Ce sera également le cas à partir du 2 juillet 2008 pour la Région de Bruxelles-Capitale.


P. Van den Bossche, ing., chef de projet, division 'Energie et Climat', CSTC