Isolation acoustique des façades 2007/02.07

A la suite de la nouvelle norme NBN S 01-400-1, dont la version projet a été soumise à l'enquête publique (Moniteur Belge du 15 mars 2007), un cahier spécial portant sur les critères acoustiques pour les immeubles d'habitation a été joint au magazine CSTC-Contact n° 13. Le présent article s'attardera spécifiquement sur les exigences posées dans cette nouvelle norme en matière d'isolation acoustique des façades.
Une bonne isolation de façade est non seulement importante afin de maintenir à l'extérieur les bruits croissants provenant de l'environnement, mais aussi afin de garantir le respect de la vie privée à l'intérieur ou d'éviter que les bruits indirects ne se transmettent aux habitations voisines via la façade.

1. Eviter les fuites acoustiques

De nos jours, une habitation moyenne présente une valeur d'isolation de façade typique de 27 dB. Il est cependant ressorti d'une enquête que cette valeur DAtr,w pourrait facilement grimper à 30 dB en obturant toutes les fuites et fentes. En règle générale, les fuites acoustiques apparaissent au niveau du joint entre les ouvrants et les dormants des menuiseries, mais aussi au niveau du raccord des éléments de construction entre eux. Dans certains cas, elles sont en outre inhérentes à l'élément de construction même.

Au moment de colmater de telles fuites acoustiques, il importe de tenir compte du fait que plus la fuite est grande, plus la masse surfacique du matériau d'étanchéité doit être élevée (loi de masse). Etant donné que de petites fuites entraînent surtout des pertes d'isolation acoustique dans les hautes fréquences, l'isolement aux bruits aériens peut, dans ce cas, être sensiblement amélioré par l'utilisation de matériaux légers. En d'autres termes, des ouvertures allant jusqu'à 6 mm peuvent être obturées sans problème à l'aide de joints à base de mastic. Les joints d'une ouverture de 6 à 15 mm laissent toutefois passer les bruits de moyenne fréquence, de sorte qu'une masse surfacique plus élevée est nécessaire afin de garantir l'isolation acoustique (p. ex. mastic huileux). Si l'ouverture est encore plus large, il est recommandé de les refermer au moyen de bois ou d'enduit. Entre des parties fixes et ouvrantes, il y a lieu d'appliquer des joints d'étanchéité compressibles.

Outre la recherche de constructions étanches à l'air, il faut aussi garantir une ventilation suffisante des pièces. La mise en œuvre d'installations de ventilation peut toutefois soulever des problèmes pour l'isolation acoustique des façades. Dans ce cas, un choix judicieux du système de ventilation se révèle indispensable.

2. Influence des murs de façade lourds

Les murs de façade en maçonnerie sont généralement constitués d'une paroi extérieure reliée à la paroi intérieure via de nombreux crochets. L'ensemble ne fonctionne donc pas comme une paroi acoustique double. Le choix de l'isolation thermique de la coulisse de la façade n'exerce dès lors pas d'influence sur les performances de telles parois. L'isolation acoustique de façades en maçonnerie massive est suffisamment importante pour que le transfert au travers de celles-ci soit négligeable. En d'autres termes, la mise en œuvre de cloisons de doublage du côté intérieur d'un mur de façade en maçonnerie massive en vue d'améliorer l'isolation acoustique est inutile, car le bruit passe principalement par les ouvertures présentes dans les façades (menuiseries et orifices de ventilation).

3. Une bonne conception nécessite un calcul correct

Les fenêtres, les grilles de ventilation, les structures de toiture légères et les cloisons légères peuvent exercer une influence négative sur l'isolation de la façade. Les performances acoustiques de ces éléments de construction dépendent en effet de la fréquence et sont mesurées en laboratoire et caractérisées par un spectre d'indices d'atténuation du bruit R. Ce spectre peut être ramené à une valeur unique, dite 'pondérée', R(C;Ctr).

La valeur R+ Ctr est très importante pour le calcul de l'isolation de façade selon la norme belge
NBN S 01-400-1. Grâce à la connaissance des valeurs Rw + Ctr de chacun des éléments de façade, il est en effet possible de calculer la valeur d'isolation résultante de l'ensemble de la façade (DAtr,w).

Le concepteur doit aussi réaliser le bon choix pour les différents éléments de construction afin de garantir que le calcul fournira une valeur qui satisfait aux exigences de la nouvelle norme.

Tableau 1 Exigences en matière d'isolation des façades.
Type d'environnement en fonction du bruit extérieur incident sur le pan de façade i Valeur exigée d'isolation de la façade (*)
DAtr,w,i = D2m,nT,w,i + Ctr [dB]
Living, cuisine Chambres à coucher
Confort normal Confort supérieur Confort normal Confort supérieur
Type 1 : LA1,2m,i ≤ 60 dB (p. ex. chemins calmes de campagne, lotissements à circulation locale, rues en ville à circulation réduite, avec façades protégées dans les autres environnements) ≥ 30 dB ≥ 30 dB ≥ 30 dB ≥ 30 dB
Type 2 : 60 dB < LA1,2m,i ≤ 65 dB (p. ex. rues asphaltées en ville avec trafic normal sur une seule bande de circulation dans chaque sens) ≥ 30 dB ≥ 32 dB ≥ 32 dB ≥ 35 dB
Type 3 : 65 dB < LA1,2m,i ≤ 70 dB (p. ex. trafic intense et lourd) ≥ 34 dB ≥ 36 dB ≥ 36 dB ≥ 39 dB
Type 4 : 70 dB < LA1,2m,i (p. ex. rues à trafic dense en ville, routes dont le revêtement est en béton et le trafic important, routes nationales, voies d'accès des grandes villes, routes de liaison avec des zones industrielles régulièrement fréquentées par des véhicules lourds) ≥ 38 dB ≥ 40 dB ≥ 40 dB ≥ 42 dB
(*) Quand au moins deux pans de façade sont orientés vers le même type d'environnement, leur isolement acoustique doit être augmenté de 2 dB.


B. Ingelaere, M. Van Damme, L. De Geetere, C. Crispin et D. Wuyts, division 'Acoustique', CSTC