Biocontacteur pour l’épuration individuelle de l’eau.
Biocontacteur pour l'épuration individuelle de l'eau.

Gestion durable de l'eau 2007/01.10

Malgré le fait que, chaque année, notre pays enregistre une importante quantité de précipitations, il est primordial de gérer cette ressource de façon durable. La densité de la population et notre consommation d'eau déraisonnable ont en effet pour conséquence de faire diminuer à vue d'œil le niveau de certaines nappes aquifères. Le présent article développe quelques techniques susceptibles d'être utilisées afin de contenir un tant soit peu la consommation d'eau.

1. Mise en place de systèmes économiseurs d'eau

A l'heure actuelle, chacun sait que l'utilisation de systèmes de rinçage des cuvettes de WC économes dotés de deux volumes distincts, de douchettes économiques, de robinets avec limiteurs de débit et de robinets à commande électronique ou d'urinoirs sans eau dans les espaces publics peut entraîner une importante diminution de la consommation d'eau (voir tableau 1).

Tableau 1 Techniques d'économie d'eau et leur résultat.
Techniques Résultat (*) Critère de comparaison
Système de rinçage des toilettes avec 6 ou 3 l
6
Par rapport à un système de rinçage des toilettes avec 9 l
Système de rinçage des toilettes avec 4 ou 2,5 l
7,7
Par rapport à un système de rinçage des toilettes avec 9 l
Robinet monocommande
0,6
Par rapport à un robinet classique
Robinet thermostatique pour douche
1
Par rapport à un robinet classique
Robinet monocommande avec limiteur de débit
3
Par rapport à un robinet classique
(*) Il s'agit ici de l'économie annuelle pouvant être réalisée par une personne, exprimée en m³/an

Par contre, on ignore bien souvent que l'utilisation de robinets monocommande et thermo­statiques peut aussi donner lieu à des économies non négligeables. Dans les deux cas, on atteint plus rapidement la température souhaitée lorsqu'on prélève de l'eau chaude qu'avec un mélangeur classique à deux têtes, de sorte que la quantité d'eau non utilisée est plus réduite.

2. Utilisation d'eau de moins bonne qualité

La consommation d'eau potable peut être fortement limitée par l'emploi, pour certaines applications, d'eau de moins bonne qualité telle que l'eau de pluie ou des eaux usées épurées. En Allemagne, divers hôtels utilisent par exemple les eaux usées des salles de bain (eaux usées grises) après épuration pour le rinçage des toilettes.

En Flandre, une multitude d'applications exigent l'utilisation des eaux pluviales récoltées, ce qui, outre une diminution de la consommation en eau potable, exerce aussi une influence positive sur la fréquence d'inondation dans la partie aval de certains réseaux d'égouts.

Une autre exigence consiste à renvoyer dans le sol des eaux pluviales récoltées par des surfaces imperméables (toitures, parkings, …) et ce, dans le cas de nouveaux bâtiments et de rénovations. Les eaux pluviales sont ainsi acheminées dans le sol et peuvent y servir d'alimentation pour les nappes aquifères en baisse de régime.

3. Meilleure utilisation des installations sanitaires

Au niveau de la production d'eau chaude sanitaire, on peut également engendrer des économies d'énergie et une émission limitée de CO2. Dans ce contexte, l'utilisation d'un chauffe-eau solaire, pour laquelle on peut d'ailleurs souvent bénéficier d'une prime, est suffisamment connue.

Toutefois, on oublie que l'emploi d'une pompe à chaleur peut aussi améliorer le caractère durable de l'installation. Aux Pays-Bas, on déclare obtenir des coefficients de performance élevés en préparant l'eau chaude à l'aide de pompes à chaleur utilisant l'eau en provenance des douches comme source de chaleur.

Il existe cependant encore une multitude d'autres interventions (parfois plus simples) permettant d'économiser l'eau et l'énergie. En plaçant l'appareil de production d'eau chaude près des points de puisage, il est possible de raccourcir les conduits d'eau chaude, de sorte que la quantité d'eau chaude susceptible de se refroidir entre deux puisages soit limitée.

4. Epuration individuelle des eaux usées

La qualité des eaux usées des bâtiments situés dans des zones ne bénéficiant pas d'égouts publics ou non raccordés à une installation d'épuration ne peut pas davantage être négligée. Etant donné qu'il a été décidé, au niveau européen, que l'ensemble de l'eau de surface doit être de bonne qualité d'ici à 2015, il importe aussi d'avoir recours, pour l'épuration individuelle, à des appareils performants (voir figure) qui utilisent les mêmes processus que les grandes installations d'épuration.

5. Conclusion

Il ressort de ce qui précède qu'il existe de nombreuses technologies susceptibles de donner lieu à une utilisation plus durable de l'eau. Il revient maintenant aux professionnels de la construction d'en faire usage de manière réfléchie.

K. De Cuyper, ir., chef de la division 'Equipements techniques et Automatisation', CSTC