Carte blanche pour la toiture verte 2006/03.09

Après un travail intense mené sous l'égide du Comité technique 'Etanchéité', le CSTC a mis la dernière main à la Note d'information technique 229 relative aux toitures vertes. Ce document recueille les fruits de deux années de recherche menée sur le site de la station expérimentale à Limelette.

1. Typologie

Pour pouvoir s'opérer dans des conditions idéales, la mise en place et l'entretien de la végétation sur une toiture verte exigent un substrat adéquat et un équilibre hygrométrique approprié. La nouvelle NIT qui sort de presse ces jours-ci concerne les toitures dont la pente est comprise entre 2 % (1°) et 15 % (8,5°). Pour les pentes supérieures à 15 %, il n'a pas été possible d'élaborer des prescriptions générales, vu les contraintes particulières auxquelles est soumis ce type d'ouvrage.

2. Avantages

L'augmentation constante du nombre de réalisations et les diverses mesures d'encouragement proposées par les pouvoirs locaux montrent que la toiture verte a acquis ses lettres de noblesse dans l'architecture urbaine. Ce succès est dû aux multiples avantages que peut offrir ce type de toiture par rapport à une toiture plate traditionnelle.

Outre
Afb. 1 Voorbeelden van taluds waarvan de stabiliteit niet kan verklaard worden aan de hand van de traditioneel aanbevolen rekenmethoden eEntre autres atouts, la toiture verte participe à la gestion de l’eau.
Entre autres atouts, la toiture verte participe à la gestion de l'eau.
La NIT 229 'Les toitures vertes'
Outre la version papier, la NIT 229 'Les toitures vertes' est téléchargeable ici (gratuitement pour les entrepreneurs).
ses atouts écologiques, la toiture verte présente un intérêt esthétique indéniable et crée un sentiment de liberté. Diverses études sociologiques et médicales ont démontré que la quiétude que procure la vue d'un espace vert a une influence favorable sur la vie en société (actes de vandalisme, p.ex.) et sur la guérison des patients séjournant en établissement de soins. Pour un propriétaire ou un investisseur immobilier, enfin, un édifice coiffé d'une toiture verte bénéficie d'un prestige certain et génère une plus-value financière.

Les toitures vertes (à végétation intensive) peuvent également avoir des répercussions positives sur la gestion de l'eau dans les villes et les communes, en diminuant substantiellement (jusqu'à 50 %) les quantités d'eau pluviale rejetées chaque année dans les systèmes d'égouttage. Comparativement à une toiture traditionnelle, la toiture verte assure par ailleurs un meilleur amortissement des débits de pointe en cas d'averse. De plus, pour peu que l'on ait recours à un filtre de charbon actif, les eaux de pluie rejetées sont susceptibles d'être réutilisées (voir à ce sujet l'article "Toitures vertes : évacuation des eaux pluviales").

Sur le plan énergétique, la toiture verte offre d'indéniables atouts pour le confort thermique tant en hiver qu'en été. L'inertie thermique et la protection fournie par la végétation ont pour effet de maintenir relativement constante la température du support de toiture durant toute l'année. Une isolation adéquate n'en reste pas moins indispensable pour satisfaire aux exigences réglementaires et garantir une valeur U inférieure ou égale à 0,4 W/m².K.

Quant au confort acoustique, la loi de masse joue un rôle crucial dans l'isolement aux bruits provenant de l'extérieur.

Quant à la sécurité en matière d'incendie, les problèmes qui pouvaient se poser ont, pour la plupart, été résolus.

3. Choix des matériaux

La conception et l'installation d'une toiture verte constituent une activité multidisciplinaire dont le succès est largement tributaire du savoir-faire et de l'expertise des professionnels chargés de réaliser la toiture et de mettre en place la végétation.

La toiture verte étant soumise à des contraintes plus sévères qu'une toiture plate traditionnelle, il est logique que l'isolation, l'étanchéité et sa résistance aux racines doivent répondre à des exigences plus strictes.

C'est ainsi que le CSTC réalise, en collaboration avec l'Université de Gembloux, des essais de résistance aux racines (conformément aux prescriptions du projet de norme européenne prEN 13948). Les résultats de cette campagne d'essais, qui s'étend sur une durée de deux ans devraient permettre à l'avenir d'élaborer un certain nombre d'agréments techniques ATG concernant l'étanchéité des toitures vertes.

Bien que l'Union belge pour l'agrément technique dans la construction (UBAtc) ait déjà publié des recommandations relatives à l'isolation et à l'étanchéité des toitures, une étude particulière reste néanmoins conseillée dans chaque cas - surtout pour les toitures à végétation intensive -, afin d'évaluer la stabilité et la capacité portante des différents composants.

Pour assurer sa viabilité, la toiture verte doit être équipée d'un certain nombre d'éléments assurant la protection de l'étanchéité, le drainage et la filtration, la rétention d'eau, l'enracinement des plantes et la croissance de la végétation. Autant d'éléments explicités dans la NIT 229, à côté des divers ouvrages de raccord et autres particularités constructives.

P. Vitse, ir.-arch., ancien collaborateur du CSTC
F. Dejonghe, ir., conseiller principal, division 'Agréments techniques et Normalisation', CSTC