Information & Assistance

Recherche, développement & Innovation


GEL-DEGEL

Critères de résistance des bétons au gel-dégel
Projet
Avec le soutien de:

SPF Economie Z NBN


En collaboration avec:

CRIC - OCCN CRR


Date début: 01.11.2012
Date fin: 31.10.2014

Responsable s :
Bram Dooms , Valérie Pollet

Contact:
CSTC
Rue du Lombard 42
B-1000 Bruxelles
tél. : +32 (0)2 5026690
research@bbri.be

Description

Avec la corrosion des armatures, les dégâts du gel sont l'altération la plus courante du béton (CONREPNET). Les normes ne donnent pas de critères d’évaluation de la résistance du béton durci au gel-dégel, ni d'instructions pour sa composition (ciment, etc.).

Objectifs

L’objectif ultime de l'étude consiste à établir une classification de la résistance aux dégâts dus aux cycles de gel-dégel de compositions de béton préparées avec différents types de ciment autorisés sur le marché belge. À cet égard, deux types de méthodes d’essai différentes ont été pris en considération :
- Détermination de l’écaillage superficiel en présence de sels de déverglaçage (conformément au CEN/TS 12390-9 et à l'ISO-DIS 4846-2).
- Détermination des dégâts internes en l’absence de sels de déverglaçage (conformément au CEN/TR 15177).

Résultats et Publications

16 types de ciment ont été sélectionnés afin d’entrer dans des compositions de béton classiques (pas de béton routier), conformément à la classe d'environnement EE4 (environnement avec gel et agents de déverglaçage), avec ou sans entraîneur d'air, et conformément à la classe EE2 (environnement avec gel mais pas de contact avec la pluie).
Les résultats des essais réalisés suivant le mode opératoire CEN/TS 12390-9 pour du béton conforme à la classe EE4 sans entraîneur d'air sont examinés en détail dans le CSTC-Contact n° 43 (3-2014).
Le ciment au laitier de haut fourneau offre de très bons résultats, le ciment Portland venant en seconde position. Le ciment à base de cendres volantes obtient un résultat moyen et le ciment obtenu à partir de fillers calcaires affiche un résultat médiocre. À cet égard, il convient de remarquer que la cure obtenue peut être considérée comme idéale dans tous les cas et s'avère difficile à mettre en œuvre dans la pratique.
Bien que le type de ciment présente une influence majeure sur la résistance au gel du béton, l'impact de la cure est également très important. La cure s'avère particulièrement déterminante pour les bétons ayant un développement de résistance lent (comportant par ex. des types de ciment à base de laitier de haut-fourneau ou de cendres volantes). Si l’on souhaite classer les types de ciment selon leur influence sur la résistance au gel, il convient donc toujours de prendre également la cure en considération.

Retour