Information & Assistance

Recherche, développement & Innovation


EMERISDA

Efficacité des méthodes de lutte contre l'humidité ascensionnelle dans les bâtiments: pratique européenne et perspectives
Projet
Avec le soutien de:

belspo


En collaboration avec:

Technische Universiteit Delft UNIVE CNR ISAC RCE


Date début: 01.12.2013
Date fin: 28.02.2017

Responsable :
Yves Vanhellemont

Contact:
CSTC
Rue du Lombard 42
B-1000 Bruxelles
tél. : +32 (0)2 5026690
research@bbri.be

Description

Les bâtiments historiques sont souvent en proie à l'humidité ascensionnelle. Différentes solutions à ce problème ont été imaginées au cours des dernières décennies, et des innovations ne cessent d'être proposées. La multitude de solutions, les unes plus efficaces que les autres, jette la confusion dans les esprits quant à la manière d'aborder le problème.

Objectifs

Jusqu'à présent, il n'y a aucune uniformité dans le traitement de l'humidité ascensionnelle. L'approche varie d'un pays à l'autre, et plusieurs méthodes coexistent souvent. Le projet a donc pour but de comparer différentes méthodes appliquées en Europe. Une manière universelle d'évaluer les interventions et d'effectuer un diagnostic d'humidité est également élaborée.

Résultats et Publications

La première phase du projet a dressé un inventaire des diverses interventions contre l'humidité ascensionnelle appliquées en Europe et des manières d'évaluer l'efficacité de ces méthodes. Sur base de ces données, des méthodes d'évaluation des interventions contre l'humidité ascensionnelle ont été mises au point. La méthode de base est une méthode gravimétrique, complétée avec la détermination d’humidité hygroscopique. Dans la pratique, cette méthode est laborieuse et longue. Dans le cadre d’un projet de recherche, où la durée des essais joue un rôle moins important, c’est ce type de méthode de diagnostic d’humidité qui donne le plus de certitude concernant l’évolution du problème d’humidité. Les méthodes d’intervention sélectionnées seront évaluées à l’aide des essais sur site, dont le Felixpakhuis à Anvers et la basilique San Marco à Venise. Actuellement, la situation initiale est mesurée minitieusement. Ensuite, six traitements types seront appliqués dans chaque bâtiment. Ces cas pratiques sont influencés par des paramètres incontrôlables, comme la présence de sels, les homogénéités de matériaux et les conditions environnementales changeantes. C’est la raison pour laquelle les essais sur site sont complétés avec des essais en laboratoire dans des conditions contrôlées. Afin d’agrandir la représentativité des essais, les résultats sont complétés par des recherches sur divers traitements appliqués sur des bâtiments dans le passé.

Retour