Le soleil artificiel à une lampe

Le ciel artificiel à une lampe, outil sophistiqué, permet de simuler quasi parfaitement différents types de ciel diffus mais ne permet pas de simuler la composante directe de la lumière du soleil. C'est pourquoi une seconde source lumineuse a été ajoutée au ciel artificiel à une lampe : le soleil artificiel à une lampe.

Fig. 1 Schéma de principe.
Fig. 1 Schéma de principe.
Il s'agit d'une source lumineuse fixe fournissant un flux lumineux de rayons parallèles simulant le soleil. Les rotations du modèle réduit selon les deux axes orthogonaux de la table tournante permettent de simuler le déplacement du soleil en fonction de la latitude, du jour, de l'heure et du pas de temps choisis.

Des mesures d'éclairement ainsi qu'une prise de vue à l'intérieur du modèle sont effectuées pour chaque position du soleil. Ces mesures sont ensuite superposées aux résultats obtenus sous le ciel diffus de manière à recomposer parfaitement les conditions de l'éclairement naturel réel.

Des mesures d'éclairement ainsi qu'une prise de vue à l'intérieur du modèle sont effectuées pour chaque position du soleil. Ces mesures sont ensuite superposées aux résultats obtenus sous le ciel diffus de manière à recomposer parfaitement les conditions de l'éclairement naturel réel.

La succession de vues intérieures pour différentes positions du soleil (à différentes heures de la journée, par exemple) permet même d'ajouter une dimension dynamique à la visualisation intérieure des modèles réduits : course du soleil et déplacement des ombrages à l'intérieur même d'un modèle réduit. Ce système unique permet, de par sa conception, une visualisation de la distribution de la lumière naturelle sur les bâtiments : zone d'ombrage, repérage des orientations intéressantes, …

Fig. 1 Luxmètres.
Fig. 2 Modèle réduit (vue intérieure).
Fig. 1 Luxmètres.
Fig. 3 Modèle réduit (vue intérieure).
Fig. 1 Luxmètres.
Fig. 4 Modèle réduit (vue extérieure).